LA GROTTE DE LIMOUSIS 8 et 9 Avril 2017

#5794
KROM
Participant
  • Offline
    • Sujets0
    • Réponses0
    • ☆☆☆☆☆

RECHERCHE du GRAAL à LIMOUSIS !

201605050949-full.jpg

Une équipe composée des maires de Cabrespine, de Limousis et de spéléologues amateurs tente de mettre au jour une nouvelle grotte à Limousis. La découverte est imminente.
Dans les gestes, les comportements et les visages, on peut lire une certaine frénésie. Le marteau-piqueur tente de percer la roche dans un bruit étourdissant. Les hommes se relaient pour tenir l’engin qui ronge les muscles des bras. Puis, le silence s’impose. Chacun reprend son souffle. Mais l’excitation est trop grande, la salle souterraine entrevue par une caméra à travers un forage est toute proche, tous le savent… Le marteau-piqueur crache à nouveau ses décibels. Cette aventure géologique a été dictée par un postulat. «Nous sommes persuadés qu’il existe un autre niveau sous la grotte de Limousis», confie le maire du village, Gilles Delaur. «Dans la grotte de Cabespine, il y a trois niveaux, dans celle de Trassanel quatre, toutes appartiennent à un même phénomène géologique», poursuit-il avec le rêve de découvrir une cavité aussi grande que celle mise au jour en 1913 par deux ouvriers du village (notre édition du 27 avril) d’un volume de 60 000 m3 et qui surtout dissimulait un lustre d’aragonite unique en Europe : le Graal.

Pénétrer dans la cavité
Après les forages, nombre de paramètres ont indiqué l’existence d’un autre niveau, d’une autre salle, mais dont on ignore encore l’importance. «On a pu visionner avec une caméra qu’il existait bien une salle mais ce qu’on n’a pas vu c’est le plus important», reprend Gilles Delaur, qui troque le marteau-piqueur pour une barre à mine. Le maire de Cabrespine, Philippe Clergue, les guides des grottes, spéléos amateurs ou confirmés, Jean-Paul, Étienne, Alain, Michel… tous s’affairent autour de la faille qui selon eux surplombe le plafond de la grotte. Combien de mètres encore pour y parvenir : un , deux, trois, ou plus encore avant de se glisser à l’intérieur. «Pour l’heure, un bouchon de calcite résistant nous empêche d’avancer, il faudra le contourner», affirme Philippe Clergue. Mais la découverte est imminente et donne déjà le vertige, le Graal est à portée de main, là, tout au bout du burin mécanique du marteau-piqueur.

LIMOUSISRECHERCHE.jpg
Le forage d’accès.