Homo Naledi sur Arte

#2333
KROM
Participant
  • Offline
    • Sujets0
    • Réponses0
    • ☆☆☆☆☆

Lee Berger fouille la grotte de Rising Star qui se trouve dans le « berceau de l’humanité ». Un berceau parmi tant d’autres…
Dans le documentaire, un Paléoanthropologue qui travaille avec Lee Berger explique l’histoire des scientifiques évolutionnistes racistes et colonialistes qui ne voulaient pas considérer le travail de Raymond Dart qui était persuadé que le berceau de l’humanité était en Afrique. Je comprend pourquoi les évolutionnistes actuels veulent se racheter une conduite, même si la piste de Dart n’est qu’une hypothèse.

Lee Berger cherche le «  Chaînon manquant », l’être intermédiaire entre les singes et les humains. Comme quoi l’histoire est un éternel recommencement. Ça fait penser aux évolutionnistes de l’époque qui trouvent un squelette de Néandertalien, qui le remontent de travers, déforment le crâne et lui donnent une posture simiesque. Ils avaient trouvé le chaînon manquant !

Lee Berger était célèbre pour sa découverte d’un nouvel Australopithèque : Sediba.
Comme tous les Australopithèques, Sediba était un singe arboricole, ses phalanges courbes, la longueur des membres supérieurs et bien d’autres choses le démontrent comme c’est expliqué dans le documentaire. Comme les autres Australopithèques, il marchait comme les autres singes, la plupart du temps à 4 pattes. Contrairement à d’autres animaux de son espèce Sediba paraît être végétarien au vu des analyses. On a peut être pas détecté la présence de matières carnées car elles ne se conservent pas. Ces types de singes mangent en général aussi de la viande qui participerait non seulement à la nutrition, mais aurait en plus un rôle social. La consommation de viande justifierait aussi la production de certains outils retrouvés, même si ceux-ci pourraient servir à l’accès ou la transformation de végétaux.

Mais Lee Berger veut trouver le « Chaînon Manquant » !

Il faut suivre les recherches des évolutionnistes car ce sont les seuls scientifiques autorisés à exercer et donc les seuls qui ont un financement.
Par exemple Max Planck Institute cherchait à démontrer que Néandertal avait disparu de nos gènes et malheureusement pour eux, il on obtenu un résultat opposé à leurs objectifs. Le coût énorme de ces études nécessitait des résultats et ils ont eu l’honnêteté de les diffuser, et je l’espère, avec un maximum d’objectivité.

Lee Berger et son équipe nous font participer à cette incroyable aventure de la découverte de 14 squelettes. Jusqu’à la dernière minute on est en haleine.
Le fragment de crâne sorti en dernier est déterminant !
Est-ce humain, est-ce un singe ?
Le suspense atteint son paroxysme !
Lee Berger observe attentivement le morceau de calotte crânienne…….
Oui, c’est Humain ! Explosion de joie de toute l’équipe !

Mais honnêtement quand on compare Nadeli et Sediba, on voit deux bestioles relativement comparables qui peuvent se gratter les mollets sans se baisser.
On constate une grande variabilité chez les Australopithèques.
En plus ils les installent debout, ce qui n’était pas leur posture habituelle.
On retrouve le même processus qu’à l’époque de la découverte de Néandertal, mais inversé, on cherche à faire qu’un singe ressemble à un humain.
Comme quoi on ne trouve que ce que l’on cherche et l’histoire se répète.

On entend en ce moment la nouvelle tendance qui est de dire que l’évolution est buissonnante. Ça permet de justifier notre incapacité d’apporter des explications.
Mais il est certains qu’il y avait beaucoup d’animaux différent par le passé et donc plusieurs humains différents.

Je me permet d’apporter mon analyse qui ne répète pas les idées habituelles.
Je ne cherche pas à convaincre, juste montrer que on peut avoir des idées alternatives au système dogmatique international.