Tendon et colles animales

#4826
Redbow
Participant
  • Offline
    • Sujets0
    • Réponses0
    • ☆☆☆☆☆

Voici une description de ma fabrication de colle de tendon publiée en 2006 (pu….. 10 ans !)
J’ai suivi en partie les instructions de Tim Baker dans “Glue” dans le volume I de Traditional Bowyer’s Bible (Bois d’Arc Press).
Les voici enrichies de mon expérience personnelle :
Faites ça quand vous avez du temps car il faut surveiller la cuisson et ça prend 2 à 3 journées. Le soir vous pouvez éteindre et reprendre le lendemain.
Attention à la propreté de tout ce qui est en contact avec la colle : doigts, ustensiles, récipients.
Pensez également à l’air ambiant, évitez l’humidité, la poussière, le gras.
C’est pas le moment de faire des frites, de secouer les tapis et d’ouvrir les fenêtres.

PREPARATION

Je disposais de 320 grammes de déchets de tendon : fibres trop courtes, trop fines, trop résistantes, gaines de tendons. Les morceaux trop gros, trop durs peuvent être coupés à la hache. Le but est de favoriser le contact entre l’eau et le tendon.
Pour commencer j’ai utilisé 140 grammes de tendon sec.
On met les déchets les plus propres possible à tremper, juste recouverts d’eau.
J’utilise de l’eau filtrée.

Eventuellement on dilue au début avec très peu de soude ou de lessive de soude qui réagit avec les traces de gras pour former du savon il faut donc rincer puis neutraliser avec du vinaigre.
Si on utilise pas de soude rincer simplement à l’eau.
On peut aussi laisser tremper une nuit ou 2 jours pour réduire par la suite le temps de cuisson.
Dan ce cas garder l’eau de trempage pour la cuisson.

CUISSON

Au minimum 24 heures pour extraire le maximum de colle.
Au bain-marie.
Ca consomme un peu plus d’énergie qu’une cuisson directe mais c’est plus stable et contrôlable.
J’ai mis la mixture dans un grand saladier en pyrex dans une marmite contenant de l’eau sur une table à induction réglée à 2 sur 12 maxi. Mais parfois ça montait à 80°C et plus.
Le fond du saladier ne doit pas toucher le fond de la marmite. J’ai fait chauffer rapidement l’eau seule puis j’ai mis le saladier.
Mettre un couvercle sur le saladier, porter à 77°C et bien mélanger de temps en temps car la température n’est pas homogène dans le saladier.
J’ai utilisé un thermomètre à yaourt. (40- 80°C). Je mesure la température au point le plus chaud c’est à dire au fond du saladier.
L’idéal c’est un bain-marie avec thermostat intégré mais ça coûte bonbon.
Il est en effet difficile de maintenir une température précise pendant des heures.
Ca gonfle et au bout de quelques heures ça ressemble à de la choucroute.
Il s’agit d’extraire les molécules de collagène en les abîmant le moins possible.

FILTRAGE

Après au moins 11 heures de cuisson quand le jus devient assez trouble et un peu visqueux je fais une “première pression” avec une cafetière italienne à piston, ça, c’est mon idée !
La cafetière permet de filtrer et de presser en même temps.
C’est mieux que le torchon qui absorbe une partie de la colle !
Je filtre et je verse par petites quantités dans une casserole.
A chaque fois je mets la choucroute filtrée dans un récipient intermédiaire.
Quand tout est filtré, je remets un peu d’eau dans la choucroute et c’est reparti à 77°C pour quelques heures. Il faut ajouter juste assez d’eau après chaque filtrage pour que tout soit à peu près imbibé. A vous de juger.
D’après Tim Baker les Turcs faisaient une première “coulée “au bout de 11 heures réputée de meilleure qualité pour les arcs composites. En effet, plus on chauffe longtemps plus on obtient de la colle mais en moindre quantité et de moins bonne qualité.

REDUCTION

Tim Baker indique de monter en température (rolling boil) pour créer un dépôt en surface contenant les impuretés et le gras éventuel qu’il faut alors enlever.
Mais pour moi c’est une opération délicate qui risque d’abîmer la colle et qui n’est pas nécessaire si on a pris des précautions auparavant.
Je fais alors réduire (sans couvercle) la colle filtrée à 60°C si j’ai le temps, elle reste blanchâtre.
Ou à 77° c maxi mais elle jaunit un peu si ça dure trop longtemps ce qui n’est pas bon signe.
La casserole est mise directement sur l’induction réglée à 2, mais comme il n’y a pas de couvercle la température ne dépasse pas la température critique de 77°C.
Il faut remuer souvent sinon un film se forme à la surface.
Ce film est en fait la meilleure partie de la colle !
S’il s’est formé, il suffit de le dissoudre dans le reste en mélangeant avec un bâtonnet ou avec le thermomètre.
Il faut réduire suffisamment sinon le séchage par la suite est très long.
Quand la colle filtrée est assez visqueuse, je la verse sur un plastique tendu sur un plan de travail, ça fait une omelette bien ronde et épaisse de 2 à 3 mm.

SECHAGE

Je laisse figer de 30 à 60 minutes, puis je suspends le plastique et l’omelette le long d’un radiateur pas trop chaud pour ne pas faire fondre la colle ! (attention à la poussière)
Après, j’enlève la colle par morceaux quand les bords de l’omelette commencent à sécher.
Je pose ces lambeaux élastiques sur un autre plastique ou suspendu sur un rebord au-dessus du radiateur ou près d’un extracteur de VMC.
Je déplace, je retourne les morceaux de temps en temps et quand c’est presque sec je découpe des morceaux de 1 cm2 avec des ciseaux. Après c’est trop dur ou ça explose sous la pression des ciseaux.
Quand les morceaux secs sont bien homogènes c’est extrêmement résistant et élastique, transparent et jaunâtre.
Je fais par la suite un second et un troisième filtrage, quand j’obtiens à nouveau un jus trouble.
Il faut veiller à ne pas gaspiller la colle qui se dépose sur les ustensiles, dans les casseroles etc…
Votre bon sens vous permettra de la récupérer d’une manière ou d’une autre.

RESULTAT

Après 24 heures et quelques…(au bout d’un certain temps on ne compte plus)
J’obtiens un rendement de 17%, soit 17g de colle sèche avec 100g de tendon sec.
Donc 54 grammes de colle sèche avec mes 320 grammes de tendon sec.
Qui dit mieux ? Le tendon est un matériau extraordinaire !
Pour de plus grandes quantités il suffit d’augmenter la taille des récipients.
En tout cas je ne doute pas de la qualité de cette colle artisanale et garantie sans additifs pour les collages les plus exigeants.
Certains asiatiques mangent du tendon.
En bas de chez moi, on trouve du tendon de bœuf frais congelé chez le boucher à 3.80 € le kilo !! Il suffirait de décongeler, nettoyer, hacher avec un robot, et hop au bain-marie.
Plus besoin d’attendre des années à accumuler des chutes de tendon.
Mais aurais-je le courage et la patience de recommencer ?
Il suffit d’avoir du temps, le resultat fait toujours plaisir, c’est magique.
A vous de jouer !

colledetendonmaison.JPG

La couleur de la photo est trompeuse c’est beaucoup moins orangé !!