UNE NOUVELLE CATEGORIE : CATEGORIE PRIMITIF

#2440
calpena
Participant
  • Offline
    • Sujets0
    • Réponses0
    • ☆☆☆☆☆

je me pose des questions c’est tout
https://www.academia.edu/1945937/Des_pierres_pr%C3%A9cieuses_Les_pointes_de_fl%C3%A8ches_du_Campaniforme_et_de_l_%C3%A2ge_du_Bronze_ancien_en_Bretagne_2500-1700_avant_notre_%C3%A8re_
Citation de C. Nicolas :
S’agissant des pièces archéologiques, on observe des traces d’adhésif (matière brun-noir) qui peut couvrir les ailerons mais aussi l’ensemble de la flèche. Les vestiges d’adhésif peuvent se retrouver à proximité ou sur le bord des flèches et parfois près de la pointe. Les traces d’adhésif sont parfois bien localisées au centre de la pièce ou situées sur une cassure; cela suggère que cette dernière est ancienne et que la flèche a été emmanchée malgré la cassure.

Les études au microscope des traces montrent « mouvements transversaux et répétés dans l’emmanchement. »… »Il faut donc admettre que l’emmanchement de ces armatures était médiocre et n’était pas destiné à assurer une efficacité au tir. Ce constat est appuyé par le fait qu’aucune cassure diagnostique d’un impact n’a été observée sur les flèches armoricaines. L’emmanchement des flèches armoricaines paraît donc plus symbolique que fonctionnel et a duré suffisamment longtemps pour provoquer des plaques brillantes et des émoussés. »

« Selon la distribution des plaques brillantes et des émoussés, les pointes de flèches devaient être emmanchées avec un lien qui passe autour des ailerons. Dans un cas, ce lien était appliqué sur l’adhésif. La colle se trouve sur les bords internes des ailerons et du pédoncule mais aussi sur l’extérieur des ailerons. Elle devait ainsi couvrir totalement les liens, la partie basse des pointes de flèches et parfois leur pointe. Avec un tel emmanchement, les longs ailerons des armatures devenaient parfaitement invisibles. »

« Tout porte à croire que l’ensemble, ou du moins une très grande majorité, des flèches armoricaines était emmanché de façon lâche et médiocre ; de telle sorte qu’apparaissent des traces d’usure (plaques brillantes et émoussés). Un tel emmanchement inopérant couplé à l’absence de traces d’impact fait des flèches armoricaines des objets non fonctionnels, montées sur des hampes pour le seul apparat. Cette ostentation est en elle-même
contradictoire puisque, une fois emmanchées, la finesse ou les ailerons longs des armatures devenaient invisibles. Si nos observations sont justes, il faut en conclure que l’important n’était pas que leur propriétaire arbore ces superbes flèches mais bien que l’on sache qu’il en est le détenteur. »

« À bien des égards, les flèches armoricaines sont des armatures de prestige, détournées de leur fonction première. Elles ont été taillées dans un silex exogène, sans doute transporté sous la forme d’éclats-supports. Certaines ont servi à découper des plantes. Surtout, la plupart ont été emmanchées de façon lâche et n’ont jamais servi. Quelques-unes semblent avoir été héritées et transmises sur une ou plusieurs générations. Finalement, elles ont été, semble-t-il, démanchées puis déposées dans des boîtes en bois. »

hypoth10.jpg

les conclusions me laissent dubitatif
une pointe incendiaire qui reste dans le toit en chaume quand tu veux la retirer ?
les pointes armoricaines des pointes de guerre high-tech à fragmentation ?
J’AIMERAIS TESTER (a cause de mon esprit critique terrien)